Un archivo antiguo/Investigación en el Túnel de Desgracias

De EnciclopAtys

Saltar a: navegación, buscar
    Script edit.png Estado de traduccionesEsta página es una de las 71 que nos gustaría ver traducidas al español.
De.png Übersetzung angefordertGb.png OriginalEs.png Traducción en cursoFr.png Traduction demandéeRu.png Запрошенный перевод


Important.png
Under Construction Panel.png ¡¡¡ Artículo en preparación !!! Under Construction Panel.png
Todavía hay 17 artículos en preparación en la categoría "WIP"
Artículo en preparación. Deja que el autor lo termine antes de cambiarlo.
La última edición fue de Zorroargh el 30.09.2020


La source de référence est de Dorothée en français. La date de début de tâche: 2020-08-09 (pour gérer les priorités).
Nota del bibliotecario
Este es un extracto del diario de Lylanea Vicciona. El «Bardo de las Cuatra Tierras» amablemente proporcionó una copia de sus notas sobre la investigación que siguió a la exhumación por Erin Mac'arlann de un mapa de los archivos de Orphie Dradius. La expedición se llevó a cabo en Holeth, Fallenor 18, 3rd AC 2609 [1]

La reunión de los que siguieron la llamada de los Rangers tuvo lugar en el campamento de los Rangers, en la pequeña meseta densamente boscosa llamada Bosque Almati. El archivista de los Rangers, Erin Mac'cartlann, lo había provocado, después de descubrir en los archivos de la orden un documento muy antiguo. Ella había pedido a los de los Homins dedicados a la protección de Atys y a Las Cuatra Tierras de la amenaza kitine, para ayudarla a dar sentido a este documento mediante el intercambio de ideas que podrían llegar a interpretar el viejo dibujo.

Muy pronto, la mayoría de ellos estuvieron de acuerdo en que probablemente era una especie de mapa, y algunos homines ingeniosos intentaron superponerlo en los mapas existentes de las Nuevas Tierras, pero sin mucho éxito. De hecho, no lograron establecer puntos de referencia reales. Después de unos momentos de discusión, una homina Ranger, mas vieja, se une al grupo. Se presentó como Picatis Pleros, de savia fyros, «guardián de los archivos y descubridora de misterios», lo que causó algunas sonrisas divertidas en la multitud. Sin embargo, su mente resultó menos menudo que su cuerpo, ya que había logrado identificar dos símbolos enigmáticos en el documento como referencias a las direcciones a Pyr e Yrkanis, las respectivas capitales del imperio fyros y del reino matis, y para el tercero, a uno de los vórtices que conducen a las Raíces Primarias. Luego, pidió a los homins presentes que la ayudaran a probar una teoría que había elaborado, con respecto a las extrañas líneas y los coloridos remolinos del mapa circular.

Dado que el único lugar de las Cuatro Tierras donde podía encontrar puntos consistentes con los del mapa en cuestión estaba en el área conocida como el «Montículo de la Disidencia», en el Reino Matis, Picatis Pleros los instó a seguirla a estos lugares. Y, tan rápido como lo permitieron sus viejas piernas, la pequeña expedición se abrió camino a través del bosque, hasta el corazón de la región, hasta el lugar más temible.

La vieja Fyros los llevaron a las afueras de una colina alta. Mirando el mapa, exclamó con entusiasmo que su teoría era correcta. Las líneas en el mapa eran puntos de referencia dibujando galerías oscuras pobladas por kitins y hundiéndose bajo la corteza de Atys. Era un mapa detallado de la terrible colmena conocido como el «Túnel de Desgracias». La pequeña tropa de los valientes homines se alistó en el interior para obtener más información.

Aquellos de los Homins que siguieron el código Ranger estaban de pie, reunidos entre los escalofriantes cadáveres de varios kitins gigantescos. Habían luchado ferozmente y terminaron abriéndose camino a través de los oscuros túneles del Túnel de Desgracias hasta este punto. Fue allí donde su fuerza de homines unidos de todas las Nuevas Tierras había destruido a la Reina del enjambre, un horrible kizarak y muchos de sus horribles sirvientes. Su cadáver grotesca ahora yacía en una pila de miembros retorcidos en el medio de la cueva donde habían encontrado a la bestia.

Mientras otros seguían buscando la cueva y hablando entre sí sobre el misterio que los había llevado allí, Lylanea notó una montón inusual de madera y de aserrín que parecían haberse formado recientemente en un lado del espacio irregular. Se acercó a él para echar un vistazo más de cerca al pequeño deslizamiento de tierra. Varios grandes trozos de corteza habían salido de una pared y el suelo se había derrumbado parcialmente; todo estaba cubierto de polvo y aserrín seco. Mientras se arrodillaba para examinar la depresión, notó que algunos mechones de su cabello revoloteaban, levantados por una ligera corriente de aire de un pequeño agujero en el suelo. Al acercarse, empujó la pila de corteza y aserrín mezclado con su espada. De repente, grandes trozos de madera y bloques de virutas aglomeradas cayeron de donde anteriormente habían estado pegados en un equilibrio precario. El suelo comenzó a moverse, deslizarse y finalmente se derrumbó bajo los pies de la vieja Matis, precipitandola su cabeza primero en la oscuridad.

— Lylanea Vicciona, Bardo de las Cuatra Tierras

R2 scenario admin.png

Lo siguiente aún no está traducido.



    Lylanea cria, elle rapprocha ses membres le plus possible de son corps. Elle lâcha son épée qui se mit à tournoyer, sans, heureusement l'atteindre. En quelques secondes, glissant et tombant dans un étroit toboggan d'écorce, elle perdit tous ses repères. La pente était juste assez modérée pour ralentir légèrement sa chute, mais pas pour la stopper. Après une trentaine de secondes à se cogner péniblement dans cette glissade involontaire, vint soudain un coup d'arrêt, la laissant tête en bas dans un amas de détritus, de racines, d'écorce et de bois brisé. La bouche pleine de poussière et de fibres, elle toussa et cracha. Son corps lui faisait mal partout, bien que son armure ait heureusement supporté la brutalité de la chute. Gémissante, elle se tordit pour se redresser. Puis, se balançant un peu et respirant profondément, elle commença à s'imprégner de son environnement. Ses yeux s'écarquillèrent de surprise.

    Devant elle s'étendait une immense caverne dont le plafond se perdait quelque part dans l'obscurité de l'endroit. Seuls quelques faibles faisceaux de lumière brillaient à travers de petites fissures distantes dans l'écorce. L'essentiel de la lumière verdâtre et bleutée provenait de la mousse bioluminescente qui poussait partout dans les profondeurs des Primes Racines. Il semblait s'agir d'une partie jusqu'alors inconnue de l'Hominité. Derrière elle, elle entendit un bruit de frottement et une exclamation alors qu'un jeune Tryker vêtu de couleurs vives sortait de la cheminée dans un nuage de poussière et de saleté. Elle lui lança rapidement une invocation de guérison qu'il lui rendit avec diligence. D'autres homins arrivèrent successivement dans la grotte et s'aidèrent mutuellement à surmonter les conséquences les plus graves de leur chute.

    Lylanea n'en était pas sûre, mais elle pensait avoir repéré des mouvements dans la pénombre, à quelques pas de là. Derrière elle, elle entendit les Homins se dire de ne pas crier ou de faire le moins de bruit possible, mais elle ne leur prêta guère attention; sa curiosité était piquée au vif. Alors qu'elle se déplaçait lentement dans la pénombre brumeuse, des formes se dessinèrent dans les profondeur obscures à la limite de sa perception. Des kipees vert-foncé de diverses tailles s'affairaient çà et là, grignotant la mousse et d'autres plantes sur le sol et transportant des buissons vers un but inconnu. Elle remarqua qu'il y avait de très petits individus parmi les créatures. Les gros insectes ne faisaient pas attention à elle lorsqu'elle les contournait pour progresser dans l'immense caverne. Son attention était presque entièrement monopolisée par les insectes lorsqu'elle entendit un bruit qui la stoppa net. Son cœur bondit en entendant la toux trop familière et rude d'un soldat kitin : un kincher. Quelque pas plus loin elle repéra deux de ces bêtes au milieu du troupeau de leurs frères inoffensifs. Eux aussi étaient plus petits que la plupart de ceux qu'elle avait vus à la surface d'Atys, mais avec ces bâtards, on ne savait jamais. Au début, elle voulut crier un avertissement aux explorateurs derrière elle, mais elle se ravisa et revint sur ses pas, retournant au groupe aussi vite que possible, en évitant d'attirer l'attention des kinchers.

    Juste au moment où elle revenait au bas du toboggan, un cri s'éleva, perçant, de la troupe des homins tout juste arrivés. Picatis Pleros étant une des dernières à l'utiliser s'était apparemment fracturée les deux jambes en tombant dans le toboggan. Quelques homins l'aidèrent à se relever et la soutinrent alors qu'elle gémissait de douleur. Quelqu'un souffla : « Non ! Faites-la taire ! Pas de bruit ! », mais trop tard… De l'obscurité, plusieurs petites formes fuselées surgirent en plein milieu du groupe. Des bruits de choc et des cris de douleur mal étouffés se mêlaient aux cliquetis des épées et haches et aux souffles des sorts puissants lancés sur les insectes assaillants. Quelques instants de combat intense plus tard, les petites bêtes gisaient mortes et les homins prenaient collectivement une grande bouffée de l'air odorant des racines profondes.

    Il fut décidé de voir s'il on pouvait trouver une autre sortie, quelque part à l'intérieur de la grotte. Ainsi, aidant Picatis Pleros, gravement blessée, à avancer, l'expédition progressa-t-elle lentement dans le fond de la caverne. Au bout d'un moment, les Homins durent à nouveau faire face aux attaques des kinchers, mais réussirent à repousser les insectes avec une relative facilité. Il est intéressant de noter que les kipees, une fois enragés d'avoir été pris entre deux feux, étaient plus difficiles à éliminer que leurs frères de surface, car ils résistaient à de nombreuses formes de magie. L'homin qui aidait Picatis et qui plaçait sa main sur sa bouche pour l'empêcher de crier à nouveau, dut la lâcher pour repousser un kincher qui les avait attaqués. La vieille Fyros lui mordit la main, mais c'était toujours mieux que de se faire déchiqueter par Kitin. En cours de route, Lylanea remarqua distraitement que, à l'inverse des kitins, les pluns volant dans la grotte étaient plus grands que tous ceux qu'elle avait rencontrés auparavant.

    Au cours de la longue marche le long des parois de la caverne, plusieurs homins, dont elle-même, jouèrent le rôle d'éclaireurs. Le Zorai Siela repoussa courageusement quelques kipees agressifs, alors qu'elle contournait un coin et se figeait, craintive. Un gigantesque plun flottait au-dessus d'un immense tas de détritus, plusieurs de ses tentacules semblant pris dans les décombres. Quelques autres plus petits flottaient autour du site mais restaient passifs. Lylanea ne savait qu'en penser et retourna en courant vers le groos de la troupe pour faire rendre compte.

    Picatis, toujours aidée par deux homins, se releva lorsqu'elle aperçut les décombres et l'énorme plun. Plusieurs Homins commencèrent à examiner le monticule de décombres et après quelques instants, certains réussirent à se glisser dans une faille et signalèrent qu'il faisait jour de l'autre côté. L'un après l'autre, les explorateurs se frayèrent un chemin à travers les petites ouvertures du monticule. Lylanea dut se retenir de rire alors que l'armure encombrante de Ser Nilstilar, le noble Matis qui était honorablement resté à l'arrière avec elle pour protéger la retraite de la troupe, se coinça dans l'une des failles, si bien qu'elle dut littéralement lui donner un coup de pied pour le faire passer de l'autre côté, afin de pouvoir le suivre dans son rôle de dernier Homin à quitter cette caverne nouvellement découverte sous l'écorce.

    Ils finirent par ressortir dans les lumières diffuses de la Porte des Vents, près d'un monticule de kitins.

Lylanea Vicciona, Barda des Quatre Terres




  1. [HRP] el domingo 9 de agosto de 2020 a las 19: 00: 00 UTC [/HRP]

Última versión 2020-09-30•